forte


forte

forte [ fɔrte ] adv.
• 1705; on employait 2. fort; it. forte « fort »
Mus. Fort. Passage à exécuter forte, en jouant ou en chantant fort ( fortissimo) . N. m. inv. Passage à exécuter fort. Des forte. ⊗ CONTR. 2. Piano.

forte adverbe et nom masculin invariable (italien forte, fortement) Terme musical de nuance, qui implique une exécution très sonore. (Il s'écrit f ou F.) ● forte (difficultés) adverbe et nom masculin invariable (italien forte, fortement) Prononciation [&ph90;ɔʀ&ph104;&ph89;], comme pour rimer avec porté. Orthographe Plur. : des forte. ● fort, forte adjectif (latin fortis, courageux) Qui a de la vigueur, de la force physique, qui est robuste, solide : Un homme fort. Qui est corpulent, épais, gros : Être fort des hanches. Avoir la taille forte. Qui a de la force morale, de la force de caractère : Rester fort dans l'adversité. Une âme forte. Dont la puissance, les moyens d'action, le pouvoir sont très développés ; qui s'impose aux autres : Un parti politique fort. Qui manifeste l'autorité, la puissance, l'ascendant sur autrui, la rigueur, la violence : Employer la manière forte avec un enfant. Se dit d'un État qui recourt à la contrainte et à des mesures autoritaires : Régime fort. Qui est résistant, solide : Du carton fort. Qui est bien établi, sûr, qui résiste au temps, aux attaques, etc. : Son amour est si fort qu'il lui pardonne tout. Qui a beaucoup d'intensité, de puissance, de force : Parler d'une voix forte. Qui est grand, qui a une importance marquée : Une forte somme d'argent. Se dit d'une substance, d'une préparation dont la teneur en son principe actif est très importante : De la moutarde forte. Qui est désagréable au goût ou à l'odorat, âcre : Du beurre fort. Se dit d'un produit, d'un médicament qui agit avec énergie ; se dit d'un instrument, d'un appareil très actif, très correctif, puissant : De la colle forte. Ces lunettes sont trop fortes pour moi. Qui a des connaissances étendues, une grande habileté, une grande aptitude dans un domaine et, en particulier, qui surpasse les autres : Être fort en mathématiques, aux échecs. Se dit d'une action qui nécessite une grande aptitude, une grande habileté. Se dit d'une action qui manifeste l'habileté, le savoir-faire, la compétence et qui s'impose avec force à l'esprit : Son dernier roman est très fort. Qui tire son assurance, sa supériorité de telle ou telle chose : Fort de son expérience, il a tout arrangé en un clin d'œil. Agriculture Se dit d'une terre compacte, argileuse, difficile à labourer. Chimie Se dit d'un électrolyte presque entièrement dissocié. Jeux Se dit d'une carte qui l'emporte sur les autres, permettant de faire la levée. Se dit de la couleur où le joueur a les plus fortes cartes. Monnaies Se dit d'une monnaie qui, dans les relations internationales, est librement négociable et immédiatement convertible contre les monnaies les plus appréciées. Phonétique Se dit d'une consonne réalisée avec une tension musculaire plus importante que celle qui est requise pour l'émission de la partenaire faible ou douce. ● fort, forte (citations) adjectif (latin fortis, courageux) Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 Oublier est le grand secret des existences fortes et créatrices. César Birotteau Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 Les âmes fortes ne sont ni jalouses ni craintives : la jalousie est un doute, la crainte est une petitesse. Le Contrat de mariage Charles Baudelaire Paris 1821-Paris 1867 Beauté forte à genoux devant la beauté frêle ! Les Fleurs du Mal, Femmes damnées François René, vicomte de Chateaubriand Saint-Malo 1768-Paris 1848 La menace du plus fort me fait toujours passer du côté du plus faible. Mémoires d'outre-tombe Émile Gaboriau Saujon 1832-Paris 1873 Le hasard, voyez-vous, ne sert que les hommes forts et c'est ce qui indigne les sots. L'Affaire Lerouge Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 La raison du plus fort est toujours la meilleure. Fables, le Loup et l'Agneau Henrik Ibsen Skien 1828-Christiania 1906 L'homme le plus fort du monde est celui qui est le plus seul. Un ennemi du peuple fort, forte (difficultés) adjectif (latin fortis, courageux) Orthographe Se faire fort de = se déclarer capable de. Dans cette expression, fort est invariable : elles se sont fait fort de nous aider (fait est aussi invariable). ● fort, forte (expressions) adjectif (latin fortis, courageux) Fort de, indique la force d'un groupe par la mesure de son effectif, de son matériel : Une armée forte de cent mille hommes. Au sens fort du mot, du terme, dans sa pleine signification. C'est plus fort que moi, je ne peux m'empêcher de faire ce que je fais. Familier. C'est fort, c'est un peu fort (de café), c'est trop fort, c'est plus fort que de jouer au bouchon, c'est difficile à accepter, c'est incroyable, invraisemblable. Et le plus fort, marque dans un récit une gradation vers quelque chose de plus inattendu, de plus mauvais. Fort comme un bœuf, comme un Turc, doué d'une grande force physique. Forte femme, femme énergique et courageuse. Forte tête, personne indocile, rebelle à toute discipline. L'homme fort (d'un régime, d'un parti), celui qui y dispose de la puissance, de l'autorité réelles etc. Prix fort, prix maximal, sans réduction ; prix excessif. Se faire fort de, se déclarer, se croire capable de le faire. Temps fort, moment le plus important, point culminant de quelque chose ; en musique, temps marqué par la métrique. Formation forte, dans les langues flexionnelles, formation (cas, déclinaison) qui présente le degré plein du thème. Verbe fort, en grammaire allemande, verbe irrégulier. Mer forte, état de la mer quand les lames sont creuses et fatiguent le bâtiment. En position forte, se dit d'une unité phonique quand sa place dans la chaîne parlée la met à l'abri d'altérations. Interaction forte, type d'interaction entre particules fondamentales caractéristique des forces nucléaires et, plus généralement, des hadrons. ● fort, forte (homonymes) adjectif (latin fortis, courageux) for nom masculin fore forme conjuguée du verbe forer forent forme conjuguée du verbe forer fores forme conjuguée du verbe forer fors préposition fort adv fort nom masculinfort, forte (synonymes) adjectif (latin fortis, courageux) Qui a de la vigueur, de la force physique, qui...
Synonymes :
- athlétique
- costaud (familier)
- musclé
- résistant
Contraires :
- chétif
- débile
- déficient
- délicat
Qui est corpulent, épais, gros
Synonymes :
- épais
Contraires :
- frêle
Qui a de la force morale, de la force de...
Synonymes :
- inébranlable
- résolu
- trempé
Contraires :
- influençable
Dont la puissance, les moyens d'action, le pouvoir sont très...
Synonymes :
Contraires :
Se dit d'un État qui recourt à la contrainte et...
Synonymes :
Contraires :
- velléitaire
- vulnérable
Qui est résistant, solide
Synonymes :
- dur
- épais
- résistant
Contraires :
- fin
Qui est bien établi, sÛr, qui résiste au temps, aux...
Synonymes :
- irrésistible
- marqué
Qui a beaucoup d'intensité, de puissance, de force
Synonymes :
- impétueux
Contraires :
- atténué
- léger
Qui est grand, qui a une importance marquée
Synonymes :
- énorme
Contraires :
- fin
- modéré
Se dit d'une substance, d'une préparation dont la teneur en...
Synonymes :
- entêtant
- épicé
- étourdissant
- relevé
Contraires :
Se dit d'un produit, d'un médicament qui agit avec énergie ;...
Synonymes :
Contraires :
- inopérant
Qui a des connaissances étendues, une grande habileté, une grande...
Synonymes :
- bon
- calé (familier)
- doué
- ferré (familier)
- maître
- trapu (familier)
Contraires :
- médiocre
- nul
Se dit d'une action qui nécessite une grande aptitude, une...
Synonymes :
- étonnant
Contraires :
Se dit d'une action qui manifeste l'habileté, le savoir-faire, la...
Synonymes :
- éloquent
fort, forte nom Familier. Fort(e) en thème, élève studieux qui réussit bien dans les exercices scolaires (souvent péjoratif). ● fort, forte (expressions) nom Familier. Fort(e) en thème, élève studieux qui réussit bien dans les exercices scolaires (souvent péjoratif).

Fort, forte
adj.
rI./r (Personnes)
d1./d Qui a de la force physique. Homme grand et fort.
Loc. Fort comme un Turc: très fort.
d2./d Par euph. Qui a de l'embonpoint. Une dame un peu forte.
d3./d Qui a des capacités intellectuelles, des connaissances. être fort en maths.
Subst. Un(e) fort(e) en thème.
d4./d Qui a de la résistance morale. être fort devant l'adversité. Syn. ferme.
d5./d (En loc.) Se faire fort de: s'estimer capable de.
Forte tête: personne qui résiste obstinément à toute influence.
Esprit fort: personne qui refuse toute croyance religieuse.
rII./r (Choses)
d1./d Solide, résistant. Carton fort. Colle forte.
d2./d Capable de résister aux attaques. Ville forte. Château fort.
d3./d Plus important que la moyenne en intensité, en quantité. Un fort vent. Une forte somme. Payer le prix fort, maximal.
|| (Abstrait) Une forte envie. à plus forte raison: avec d'autant plus de raisons.
|| Temps fort: en musique, temps d'une mesure sur lequel porte l'accent; fig. moment d'une grande intensité (au cours d'une action, d'un spectacle).
d4./d Qui est difficile, en parlant d'une action.
Fam. Exagéré, difficile à admettre. ça, c'est un peu fort! C'est fort de café!
d5./d Qui impressionne vivement le goût, l'odorat. Moutarde forte. Café fort.
d6./d Qui agit efficacement. Un remède fort.
|| CHIM Acide fort, base forte, capable de se dissocier complètement en solution.
|| PHYS NUCL Liaison forte: liaison due aux forces nucléaires, caractéristique des mésons et des baryons.
Interaction forte: interaction attractive qui s'exerce notam. entre les particules constituant le noyau de l'atome.
————————
forte
adv. MUS Fort, en renforçant l'intensité du son.

⇒FORTE, adv. et subst. masc. inv.
MUSIQUE
I.— Adv. [Placé avant un passage pour en indiquer la nuance; abrév. f ou F] Fort. Chanter, jouer forte. Ces accords de trois et quatre sons ne sont exécutables au violon que forte ou mezzo forte : l'accord doit donner un accent qui sera sec et violent (BUSSER, E. GUIRAUD, Instrument., 1933, p. 13).
Emploi subst. masc. inv. Nuance de son, correspondant à une grande intensité; passage exécuté dans cette nuance. [Il faut] que les « forte » soient terribles, les « piano » tantôt menaçants et tantôt attendris (BERLIOZ, À travers chants, 1862, p. 172). Certains sons ont, par exemple, des attaques glissées, ou arrachées, ou « s'évasent » (c'est-à-dire passent brusquement du piano au forte) (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 94).
II.— Subst. masc. inv. Abrév. de forte-piano (v. ce mot II). On nous a dit que votre chère filleule a un si beau talent sur le forté, que nous serions bien enchantées de l'entendre (BALZAC, U. Mirouët, 1841, p. 99).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1835-1932. Au plur. des forte. Le mot n'a été francisé ni dans la prononc. ni dans la graph. pour le plur., ce qui ,,s'explique par le caractère spécial du vocabulaire et par le fait que la forme italienne s'appuie dans ce vocabulaire sur un ensemble d'emprunts à l'italien`` (DUPRÉ 1972, p. 1044). Noter cependant la forme francisée forté ds la docum. (BALZAC, loc. cit.). Étymol. et Hist. 1705 (BROSSARD). Adv. ital. signifiant proprement « fortement » (fort1). Bbg. HOPE 1971, p. 361.

forte [fɔʀte] adv. et n. m. invar.
ÉTYM. 1705; on employait avant 2. fort; ital. forte « fort ».
Mus. Fort. || Passage à exécuter forte, en jouant ou en chantant fort ( aussi Fortissimo). || Forte s'écrit en abrégé F ou f.N. m. Passage à exécuter fort. || Des forte.
tableau Abréviations en musique.
CONTR. Piano; dolcissimo.
————————
1. fort, forte [fɔʀ, fɔʀt] adj.
ÉTYM. Xe; fém. fort jusqu'au XIVe; lat. fortis « solide, courageux ».
———
I Qui a de la force, un grand pouvoir d'action.
1 Qui a de la force physique (en attribut ou en épithète, généralement postposé; s'oppose à faible). Balaise (fam.), baraqué (fam.), costaud (fam.), puissant, résistant, robuste, solide, vigoureux. || Homme beau et fort. Athlétique, bâti (bien bâti), musclé, taillé (bien taillé). → Un corps de bronze, des muscles d'acier. || Une femme remarquablement forte. || Petit homme fort et râblé. || Un homme grand et fort. Alcide (vx), hercule, malabar (argot); → Une armoire à glace. — ☑ (1690). Être fort comme un Turc, comme un bœuf (→ Bœuf, cit. 10; chanson, cit. 7), comme un cheval : être très fort. || Animal très fort (→ Assujettir, cit. 7; auroch. cit. 1; écarteler, cit. 1). || L'exercice, l'entraînement l'ont rendu fort. Enforcir, fortifier (→ Atrophier, cit. 5). || Il est encore très fort pour son âge. Valide. || Un corps (cit. 17) sain et fort. || Être, se sentir fort sur ses jambes. → Bien campé. || Être fort des reins, des jambes. || Ouvrier aux bras forts (→ 1. Boulanger, cit. 1).Par ext. (Abstractions; parfois antéposé). || Forte constitution. || Race forte. — ☑ Loc. Le sexe (cit. 4.2) fort : les hommes. || Jouir d'une forte et allègre (cit. 1) santé. → Avoir une santé de fer; être plein de santé.
1 Mes gens vous aideront, et je les ai pris forts,
Pour vous faire service à tout mettre dehors.
Molière, Tartuffe, V, 5.
2 Voici donc une troisième conséquence de la constitution des sexes, c'est que le plus fort soit le maître en apparence, et dépende en effet du plus faible (…)
Rousseau, Émile, V.
3 Le besson était fort en reins et en cuisses. Il avait un petit buste terrible et nerveux et toute la force de son sang de poivre était là sur ses hanches accumulée en deux énormes muscles au milieu de lui comme la force de l'arc est au milieu de l'arc.
J. Giono, le Chant du monde, II, I.
4 Il le saisit aux épaules et le poussa vers la porte; Philippe voulut résister, mais c'était désespérant : Maurice était fort comme un bœuf.
Sartre, le Sursis, p. 155.
Prov. La raison du plus fort est toujours la meilleure (La Fontaine, Fables, I, 10) : le plus fort, le plus puissant fait toujours prévaloir sa volonté.
Quand on n'est pas le plus fort, il faut être le plus malin : la ruse et l'adresse sont indispensables au faible.
Fig. Donner, prêter main-forte à qqn. Main-forte. — ☑ (XXe). Recourir à la manière forte, à la contrainte, à la violence.
2 (1580). Considérable par les dimensions. Grand, gros, important (épithète postposée).(En parlant des personnes, et plus particulièrement des femmes). Euphémisme employé pour gros (s'oppose à mince). || Femme forte, un peu forte. Corpulent (cit. 1), gras, gros, obèse (→ Embonpoint, cit. 7). || Vous êtes un peu trop forte pour porter ce vêtement, ce pantalon.
5 Elle avait toujours ces vêtements qui paraissaient avoir appartenu à une personne plus forte, tant ils s'ajustaient mal sur son maigre corps.
J. Green, Adrienne Mesurat, III, VIII.
(XXe). || Personne forte des hanches. Large. || Elle a la taille assez forte. || Une forte poitrine, très développée. Opulent. || Cou très fort → Cou de taureau. || Nez fort, gros ou busqué.(Antéposé). || Forte barbe, forte moustache. Dru (→ Cosmétiquer, cit.).
6 (…) un homme était assis, de quarante à quarante-cinq ans, petit, gros, trapu, rougeaud (…) une forte barbe courte et des yeux flamboyants (…)
Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon, I, I.
3 (1659). Qui a une grande force intellectuelle, de grandes connaissances (dans un domaine), qui excelle dans la pratique (de qqch.). Bon, calé (fam.), capable, doué, expérimenté, ferré (fam.), habile; → fam. Fortiche. (En attribut ou postposé). Correspond à faible, I., 4. || Être fort dans sa partie. → 3. Fort, I., 1. : c'est son fort. || Il est fort en tout, c'est un cerveau. || Élève fort en géométrie, en histoire. || Cet élève est fort, n'est pas fort; un élève fort. — ☑ Loc. (N. m.). (1850). Un fort en thème. fam. As, crack, fortiche. || C'est le plus fort de la classe. || Tu n'es pas assez fort pour suivre ce cours. || Être fort sur un point, un sujet, une question. || Il est très fort sur les théories de X, la biographie de Y. || Être fort à un exercice, à un jeu, savoir très bien le pratiquer, réussir parfaitement. || Être fort au tir, au saut à la perche. || Joueur fort aux échecs, aux dames, à la belote. Imbattable.REM. De nos jours, on emploie plutôt Être fort en, dans pour une discipline intellectuelle. Être fort sur pour un point particulier ne constituant pas à lui seul une discipline, Être fort à, pour un exercice pratique, un jeu, un sport. — Par plais. || Il est toujours très fort pour parler, critiquer; plus fort pour parler que pour agir, fort avec la langue. — ☑ Loc. Être fort en bouche, en bec, en gueule, et, subst. (1669), c'est un fort en gueule. Bavard, braillard, gueulard.
(1865). Par dénigrement. || Il n'est pas très fort (→ Il n'a pas inventé la poudre, le fil à couper le beurre).
7 (…) je suis diablement fort sur les impromptus.
Molière, les Précieuses ridicules, 9.
8 Socrate et Agathon étaient forts sur l'amour.
Racine, Livres annotés, Platon, Note sur le Banquet.
9 Malgré la sévérité de ce professeur, j'étudiai sous lui pendant six mois, et je devins un de ses plus forts écoliers (…)
A. R. Lesage, Estevanille Gonzalès, IV.
10 En atteignant à la fin de sa seconde année de droit, Oscar, déjà plus fort que beaucoup de licenciés, faisait le Palais avec intelligence, et plaidait quelques référés.
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 710.
11 À cette époque, je n'étais pas très fort sur la manœuvre, et je me trouvais complètement à la merci de la science nautique de mon ami.
Baudelaire, Trad. E. Poe, Les aventures d'A. Gordon Pym, I.
12 — Nous disions : « C'est un brave homme, mais il n'est pas bien fort » (…)
— (…) Et vous ne le jugiez pas très fort ?
— Oh ! pour moi, il était bien assez fort. Pour d'autres, il paraît que non.
— Tiens !
— Quand on allait le voir, il ne trouvait pas.
J. Romains, Knock, II, 1.
12.1 Jeanne était forte en orthographe, mais en calcul, il s'en fallait qu'elle fût aussi avancée.
M. Aymé, Maison basse, p. 209.
Fam. (Choses). Adroit, intelligent, malin. || J'ai lu sa dernière critique : ce n'est pas très fort ! || Réussir à dresser ses ennemis les uns contre les autres, voilà qui est très fort.
Loc. C'est son point fort, sa partie forte, la partie où il est fort (→ Faible, I., B.).
———
II (XIIe; la force étant considérée sous des aspects passifs).
1 (Choses). Qui résiste, a de la force (II., 1.). Résistant, solide. || Du bois fort (→ Croître, cit. 2). || Un cuir, un métal fort. || Papier fort. Cartonné, épais, rigide. || Tissu fort. Résistant, solide. (Épithète en général postposée). Correspond à faible, I., 2., à fragile. (→ 1. Bien, cit. 37). || Fil, ruban fort ( Extra-fort). || Pilier très fort. || La voûte est assez forte pour supporter l'édifice. || Étais qui rendent une digue plus forte ( Consolider, renforcer).Mar. || Navire fort de côté, « qui résiste fortement à l'effort du vent avant de s'incliner » (Gruss). — ☑ Loc. Colle forte. Tenace. || Terre forte, argileuse, difficile à labourer. Gras (→ Argile, cit. 2).Par métaphore. || Forts liens, forte liaison (→ Approprier, cit. 5; attacher, cit. 48; chaîne, cit. 24).
2 (XIIIe). || Une place forte, une ville forte. Fortifié; 3. fort (III.), fortification. || Un château fort. Château, 3. fort (III.), forteresse.Par anal. || Un coffre-fort. || Une chambre forte.
13 Louvois et Vauban établirent un plan d'ensemble pour la défense du territoire. Une triple ligne de places fortes couvrit la frontière la plus faible : celle du Nord (…) Vauban les fortifiait d'après des principes nouveaux.
A. Rambaud, Hist. de la civilisation franç., t. II, p. 209 (→ Fortification, cit. 3).
3 (Fin XIIe). Qui est capable de résister au monde extérieur ou à soi-même. Aguerri, armé, courageux, énergique, ferme (en attribut ou en épithète, généralement postposé). || Être fort dans l'adversité, l'épreuve. → Tenir bon. || Un caractère fort. Autoritaire, trempé. || Les fortes natures bravent (cit. 10) les médiocres. || Volonté forte. || Une âme forte (→ Exemple, cit. 10; expression, cit. 3).(1690). || La femme forte dont parle l'Écriture.
14 Qui trouvera une femme forte ? elle est plus précieuse que ce qui s'apporte de l'extrémité du monde.
Bible (Sacy), Proverbes, XXXI, 10.
15 (…) que de faiblesse en une âme si forte !
Corneille, Cinna, IV, 5.
16 Les enfants qui s'effrayent du visage qu'ils ont barbouillé, ce sont des enfants; mais le moyen que ce qui est si faible, étant enfant, soit bien fort étant plus âgé !
Pascal, Pensées, II, 88.
17 Il n'est pas assez fort pour me quitter le premier, et, quoiqu'il ne m'aime pas dans le sens véritable du mot, il tient à moi par une habitude de plaisir, et ce sont celles-là qui sont les plus difficiles à rompre.
Th. Gautier, Mlle de Maupin, VI.
18 Un homme est bien fort quand il s'avoue sa faiblesse.
Balzac, la Peau de chagrin, Pl., t. IX, p. 140.
19 Le repliement sur soi-même n'est bon qu'aux natures singulières et fortes, et encore, à condition d'être relatif et entrecoupé.
Montherlant, les Jeunes Filles, p. 28.
20 La bonté nous entraîne à des devoirs trop lourds (…) Il y a peu d'êtres assez forts pour être bons.
Chardonne, l'Amour du prochain, p. 129.
Loc. (1861). Une forte tête. Tête (→ Étourdir, cit. 21; fainéant, cit. 5). — ☑ (Déb. XVIIe). Les esprits forts, incrédules. Esprit (cit. 118 et 119). → Accepter cit. 6.
———
III (XIIIe, vin fort). Qui agit beaucoup ou efficacement ( Force, II., 2.).
A Intense, actif.
1 Intense (mouvement, effort physique). S'oppose à faible, I., 7. (l'épithète est postposée ou antéposée). || Coup très fort. Énergique, violent. || Battement (cit. 9) fort et précipité. || Forte poussée, forte oscillation. || Un vent fort. || Mer forte.
21 L'oscillation du navire a été si forte que les lampes les mieux suspendues se sont à la fin renversées.
Valéry, Variété, p. 16.
(Avant le nom). Qui dépasse la normale. || Forte montée, forte descente. || Fortes rosées d'automne. Abondant. || Fortes chutes de neige, de pluie. || Forte crue (cit. 2), forte marée (→ Conjonction, cit. 6). || Fortes chaleurs. || Forte fièvre. Carabiné, soigné (fam.). → Une fièvre de cheval. || Forte dose; forte ration. Copieux. || Fort rendement à l'hectare. || Forte différence. || Payer une forte somme. Beau (→ Cas, cit. 7), gros. || Toucher une forte indemnité. || Une forte croissance économique.De fortes chances.
(Après le nom). || Payer le prix fort.
Le plus fort est fait, le plus gros (et aussi le plus difficile).
22 Que reste-t-il ? le plus fort en est fait (…)
La Fontaine, Contes, « Richard Minutolo ».
2 (V. 1530). Dont l'intensité a une grande action sur les organes des sens (épithète plutôt postposée).(Opposé à doux, faible, I., 7., léger). || Une lumière forte, trop forte, pas assez forte.
Par ext. || Une forte détonation, une détonation forte. || Voix forte. Claironnant, sonore (→ Aïeul, cit. 5; appeler, cit. 3; crier, cit. 19; étage, cit. 7).Spécialt. || Accent fort, accentuation forte d'une syllabe. || Forte articulation d'un son. || Consonne forte, « qui comporte une intensité notable de l'effort musculaire exigé par l'articulation » (Marouzeau).Mus. || Temps fort (contr. : faible).Spécialt. || La pédale forte d'un piano.
Des odeurs fortes. Lourd, violent (→ Affecter, cit. 2; ardeur, cit. 49; carcasse, cit. 1; exhaler, cit. 4; évanouir, cit. 26). || Parfum fort et tenace. Enivrant, pénétrant.Péj. || Haleine forte. Fétide.
23 Il y avait derrière nous des seringas dont je sens encore le parfum très fort. On voyait les étoiles à travers les branches. Ce fut un moment de bonheur parfait.
A. Maurois, Climats, I, II.
24 (…) un jardin merveilleux plein de fortes senteurs (…)
J. Green, Léviathan, I, XIII.
Goût fort, saveur forte. || Un fort goût de…Par ext. || Fromage fort. Avancé. || Le piment rouge est plus fort que le piment vert. || Moutarde très forte. Extra-fort, piquant. || Sauce trop forte ( Épicé, relevé) qui emporte la bouche. || Boisson amère et forte. || Beurre fort, d'une saveur anormale et désagréable. Âcre, rance. || Tabac fort, cigarettes fortes.
Spécialt. Qui affecte violemment le goût, par la concentration de l'infusion, du mélange.(1890). || Café, thé fort. Noir (contr. : léger). || Une absinthe très forte, bien tassée, à laquelle on ajoute peu d'eau.(XIIIe). Par le degré d'alcool. || Un vin fort, très alcoolisé (contr. : clairet). || Liqueurs fortes. → Aduste, cit. 2; bière, cit. 4; blaser, cit. 2; breuvage, cit. 2. — Par ext. || Boisson forte en alcool, riche en alcool.
Loc. (1732). C'est un peu fort de café ! : c'est un peu fort (au sens A., 4. ci-dessous).
25 Comment (…) il y a vingt jours que vous êtes à la mort, et ils ne sont pas encore venus savoir de vos nouvelles ! C'est un peu fort de café, cela ! (…)
Balzac, le Cousin Pons, Pl., t. VI, p. 649.
3 (1642). (Abstrait). Grand, intense. (L'épithète est antéposée ou postposée). || Éprouver un sentiment très fort pour qqn, un très fort sentiment de… || Amitié forte, amour fort. || Une forte haine. Violent. || Douleur trop forte (→ Brouiller, cit. 3). || De fortes appréhensions. || Faire une forte impression sur quelqu'un. Vif. || Une forte commotion. || Avoir une forte envie de gifler quelqu'un. || Brûler d'un fort désir de… || La tentation était trop forte (→ Carquois, cit. 22).
26 As-tu donc pour la vie une haine si forte (…)
Corneille, Polyeucte, V, 2.
27 Je n'ai point de plus forte envie que d'être à vous (…)
Molière, l'Amour médecin, III, 6.
Qui se remarque par ses effets (dans une durée). || Les temps forts d'un spectacle, d'une émission. || Les moments forts d'un film.
(Fin XIIIe). Qui a des effets intellectuels importants. Puissant. (Épithète en général antéposée). || Il y a de fortes raisons de croire que… (→ État, cit. 125). — ☑ (1580). À plus forte raison. A fortiori (→ Céleste, cit. 4). || Fortes objections. || De fortes présomptions pèsent sur lui. Grave, lourd. || Une forte opposition au sein du gouvernement.
28 Il (Corneille) a un nom très respecté, il est mort; voilà déjà une raison bien forte (je ne dis pas bien bonne) en sa faveur.
D'Alembert, Lettre à Voltaire, 27 janv. 1762.
(Av. 1662). Dont l'intensité a un grand pouvoir d'évocation (moyens d'expression). [Épithète en général postposée]. || Style fort. Coloré, concis, éloquent, expressif, ferme, précis, vivant (→ Connaisseur, cit. 4). || Langue forte et précise (→ Excès, cit. 13). || Une expression forte (→ Aimer, cit. 28). || Terme trop fort, qui dépasse la pensée. || L'épithète (cit. 7) est un peu forte ! Outré. || Je ne trouve pas de mot assez fort pour exprimer mon admiration. || Le sens fort d'un mot; au sens fort du mot. Propre, strict.Une œuvre forte. Puissant, vigoureux.
29 Certains poètes sont sujets, dans le dramatique, à de longues suites de vers pompeux qui semblent forts, élevés (…)
La Bruyère, les Caractères, I, 8.
30 Du Bos, lui, savait triompher de sa préciosité lorsqu'il s'agissait de certaines questions vitales; il écrivait alors de fortes pages pleines d'une conviction émouvante et qui surprend presque chez un esprit si quintessencié; cependant que Chardonne raffine encore.
Gide, Attendu que…, p. 14.
31 En effet, le mouvement de révolte est plus qu'un acte de revendication au sens fort du mot.
Camus, l'Homme révolté, p. 30.
4 (Fin XIVe). Difficile à croire ou à supporter par son caractère excessif (surtout attribut; l'épithète est rare : une forte plaisanterie, une plaisanterie un peu forte). || La plaisanterie est un peu forte. Exagéré, poussé; → Passer les bornes, la mesure; aller trop loin.Elle est forte celle-là ! (fam.), se dit d'une histoire, d'une aventure étonnante.
(1692). Fam. Ça c'est fort, un peu fort, où est-il passé ? Formidable, inouï, raide; → ci-dessus : un peu fort (cit. 25) de café.C'est trop fort, vous êtes pris en flagrant délit et vous niez ! (→ C'est le bouquet, c'est un comble). || Ce qu'il y a de plus fort, le plus fort c'est que… Extraordinaire, incroyable, invraisemblable, stupéfiant. — ☑ (XXe). C'est plus fort que de jouer au bouchon.De plus en plus fort ! (formule traditionnelle des parades foraines). || Plus fort encore… (→ Bien mieux).
32 — Ah ! c'est trop fort ! s'écria Frédéric. À peine avait-il son bonheur entre les mains qu'on voulait le lui prendre.
Flaubert, l'Éducation sentimentale, I, VI.
33 Et le plus fort, c'est qu'il le croyait !…
Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon, I, III.
B Efficace (surtout en attribut; l'épithète est postposée).
1 Qui agit avec force, est capable de grands effets. || Un ressort très fort, à détente puissante. || Les explosifs les plus forts. Puissant. || Remède fort. Agissant, efficace (→ Un remède de cheval).Chim. || L'acide azotique est un acide fort. Force (d'un acide).Eau forte. Eau-forte.Phys. || Lunette forte, très grossissante.
2 (Personnes). a Qui a un grand pouvoir d'action, de l'influence. Influent, puissant (souvent explicitement opposé à faible). || Un homme fort par la situation qu'il occupe, les relations qu'il a (→ Apologie, cit. 2). || Il est fort parce qu'il est riche. || Oppression du plus faible (cit. 35) par le plus fort.Avoir affaire à forte partie : affronter un adversaire, ou une situation, redoutable. || Trouver plus fort que soi (→ Blanc-bec, cit. 2).
34 Ne lui commandez jamais rien, quoi que ce soit au monde, absolument rien. Ne lui laissez même pas imaginer que vous prétendiez avoir aucune autorité sur lui. Qu'il sache seulement qu'il est faible et que vous êtes fort; que, par son état et le vôtre, il est nécessairement à votre merci (…)
Rousseau, Émile, II.
35 Il y a bien un droit du plus sage, mais non pas un droit du plus fort.
Joseph Joubert, Pensées, XV, IV.
36 Quand je suis le plus faible, je vous demande la liberté parce que tel est votre principe; mais quand je suis le plus fort, je vous l'ôte, parce que tel est le mien.
Louis Veuillot, Conversation avec A. Cochin.
b Loc. (Pas d'opposition avec faible). Être fort de… : puiser sa force, sa confiance, son assurance dans… || Être fort de la protection, de l'aide, de l'assentiment (cit. 5) de qqn. || Fort de son innocence, il méprisait les accusations dirigées contre lui.
37 Il regrettait ces temps si chers à son grand cœur,
Où, fort de sa vertu, sans secours, sans intrigue,
Lui seul avec Condé faisait trembler la ligue.
Voltaire, la Henriade, I.
38 Il était, avant tout, fort de la popularité inouïe dont il jouissait dans son armée.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Ascension de Bonaparte, XIII.
39 Fort des assurances de Charles, excité par ses conversations quotidiennes, j'attendais résolument les fermiers. Eux, forts de ce qu'un fermier se remplace malaisément, réclamèrent d'abord une diminution du loyer.
Gide, l'Immoraliste, p. 130.
(1809). Se porter fort pour qqn, répondre de son consentement, se porter garant, caution pour lui. Porte-fort.
(XIVe). Se faire fort de : se déclarer assez fort pour faire telle chose, se dire capable d'obtenir tel résultat. Piquer (se), targuer (se), vanter (se). || Se faire fort de vaincre un pays (→ Capituler, cit. 4). || Je me fais fort de réussir.
REM. Dans ces expressions, fort reste invariable. || « Elle se fait fort d'obtenir la signature de son mari » (Académie). Cette règle s'explique par l'identité de forme du féminin et du masculin en ancien français. De l'invariabilité en genre, on est passé à l'invariabilité en nombre : || « Ils se faisaient fort d'une chose qui ne dépendaient pas d'eux » (Académie).
40 (…) dire ils se font fort et non forts, cela n'est fondé ni sur l'archaïsme, ni sur la grammaire; fort est ici adjectif et non adverbe.
Littré, Dict., art. Fort, rem.
41 Il a dit en riant au Vice-Connétable que s'il y avait beaucoup de femmes comme celle-là à sa cour pendant qu'il y venait tant de rois, il se faisait fort de maintenir toujours la paix en Europe.
Balzac, la Maison du Chat-qui-pelote, Pl., t. I, p. 46.
42 (…) la mère, dont elle se faisait fort de remporter l'assentiment.
Gide, les Faux-monnayeurs, II, V.
43 (Elle me laissa entendre) qu'elle se faisait fort d'amener Octavie à des confidences.
F. Mauriac, la Pharisienne, II.
44 Tant de gens se font fort de vous ouvrir toutes les portes (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, XIV, p. 143.
Cependant, l'accord (grammatical et logique) se rencontre quelquefois, et est admis par la plupart des grammairiens normatifs.
45 De bonnes autorités locales se font fortes de démontrer que ce buste n'est pas de Puget.
Louis Bertrand, cité par Damourette et Pichon, §251.
3 Qui a la force (I., 5.), ou n'hésite pas à employer la contrainte ( Force, III.), surtout en politique. || État, gouvernement fort. || Régime fort.S'oppose à faible, I., 3.
46 (…) il avait soutenu que les sociétés qui veulent se maintenir fortes ne peuvent le faire qu'au moyen de lois fortes.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 2 juin 1851, t. IV, p. 192.
47 (…) un peuple, pour être fort, doit être nombreux.
Julien Benda, la Trahison des clercs, p. 196.
(XXe). || L'homme fort d'un régime, d'un État : celui qui dispose de la puissance réelle (militaire…) et n'hésite pas à employer la force.
4 Qui dispose de moyens matériels importants. || Une armée forte, efficace au combat (par l'armement, les effectifs).(V. 1680). || Cavalerie forte de…, dont l'effectif est de…
48 La flotte de Hollande, forte de trente-deux vaisseaux et de quatre mille soldats (…)
Racine, Notes historiques, XXXVII.
Par anal. (l'idée de nombre l'emportant sur celle de force) :
49 (…) une pièce de la ferme, où l'on devait élever une grande meule, haute de huit mètres, forte de trois mille bottes.
Zola, la Terre, III, IV.
Jeu. Se dit d'une carte, etc., qui permet de battre l'adversaire. || À la belote, le valet d'atout est plus fort que la dame. || Garder la carte la plus forte pour la dernière levée.Couleur forte, où se trouvent réunies les plus fortes cartes. N. f. || La forte : la couleur forte. || Jouer dans la forte du mort.
5 Qui agit efficacement, produit des effets importants. (Qualités morales ou intellectuelles; s'oppose à faible, I., 5.). || Sentiment, croyance (cit. 11) plus forts que la raison. || Son ambition était plus forte que ses remords. || L'appât du gain fut le plus fort. || Un argument fort. Convaincant, décisif, efficace; → Un argument massue; un argument ad rem (cit.).
50 En dépit qu'on en ait, elle se fait aimer;
Sa grâce est la plus forte (…)
Molière, le Misanthrope, I, 1.
51 (…) comme vous embellissez et faites chérir tous les sentiments honnêtes ! Ah ! c'est là votre séduction; c'est la plus forte; c'est la seule qui soit, à la fois, puissante et respectable.
Laclos, les Liaisons dangereuses, Lettre LXXXIII.
52 Nos idées ne sont si fortes et ne nous sont d'un si grand prix, que parce qu'à la longue elles nous façonnent.
André Suarès, Trois hommes, « Ibsen », VIII.
53 Les femmes ont une déraison plus forte que la raison. Tout s'y brise (…)
Paul Léautaud, Journal littéraire, 23 déc. 1905.
54 À partir de ce moment, en effet, on vit toujours la misère se montrer plus forte que la peur, d'autant que le travail était payé en proportion des risques.
Camus, la Peste, p. 195.
L'amour (cit. 21) est fort comme la mort, vers du Cantique des cantiques. || L'amour est plus fort que la mort.Fort comme la mort, roman de Maupassant.
55 L'amour est libre, il n'est jamais soumis au sort
Ô Lou, le mien est plus fort que la mort
Apollinaire, Ombre de mon amour, « Adieu ! »
56 Elle consent à tout, pour que Mailla continue à la voir. Après tout, c'est bien cela, l'amour : ce qui est plus fort que l'orgueil.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 216.
(1865). Cela, c'est plus fort que moi, se dit d'une habitude, d'une passion, d'un préjugé… dont on ne peut vaincre l'ascendant. Invincible, irrésistible. || C'est plus fort que moi, je ne peux pas le voir.
57 Vous ne pouvez pas me comprendre (…) C'est quelque chose qui est plus fort que moi.
Maeterlinck, Pelléas et Mélisande, II, 2.
6 (XXe). || Monnaie, devise forte, qui sur le marché des changes a un cours élevé et varie peu.
REM. Pour les emplois substantifs, voir 3. Fort.
CONTR. V. Faible. — Anémique, chétif, débile, déficient, délicat, fluet, fragile, frêle, maladif, malingre, souffreteux. — Anodin, inefficace, inconsistant. — Doux, léger. — Étroit, grêle, mince. — Invertébré, mou. — Craintif, inconsistant, peureux, timide, timoré, versatile. — Futile. — Ignorant, incompétent, nul. — Doucement, peu.
DÉR. 2. Fort, 3. fort, fortement, fortiche.
COMP. Contrefort, eau-forte, extra-fort, fort-à-bras, main-forte, terrefort.
HOM. For, fors, 2. fort, 3. fort; formes du v. forer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • forte — FÓRTE adj. invar., adv. 1. adj. invar. (livr.) Tare, puternic. ♢ expr. A se face forte = a face toate eforturile pentru a reuşi într o acţiune, a se declara capabil, în stare să depăşească o încercare anevoioasă. 2. adv. (Indică modul de… …   Dicționar Român

  • Forte — bezeichnet: eine Dynamikbezeichnung in der Musik in der Medizin eine hohe Dosis ein Fahrzeugmodell des südkoreanischen Automobilherstellers Kia, siehe dazu Kia Forte eine amerikanische Power Metal Band aus Oklahoma eine Computersoftware… …   Deutsch Wikipedia

  • FORTE — Saltar a navegación, búsqueda FORTE Organización USAF Estado Activo Satélite de Tierra Fecha de lanzamiento 29 de agosto de 1 …   Wikipedia Español

  • Forte — Saltar a navegación, búsqueda Para otros usos de este término, véase FORTE. Abreviatura de forte. Forte (del italiano forte, fuerte) es un término utilizado en notación musical para indicar una determinada intensidad en el …   Wikipedia Español

  • forte — Ptkl stark, laut per. Wortschatz fach. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus it. forte gleicher Bedeutung, das auf l. fortis stark zurückgeht. Elativ: fortissimo.    Ebenso nndl. forte, ne. forte, nfrz. fort, ndn. forte, nnorw. forte; Fort. ✎ DF 1… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Forte — (f[=o]rt), n. [IT. forte: cf. F. fort. See {Fort}.] 1. The strong point; that in which one excels. [1913 Webster] The construction of a fable seems by no means the forte of our modern poetical writers. Jeffrey. [1913 Webster] 2. The stronger part …   The Collaborative International Dictionary of English

  • forte — adj. 2 g. 1. Que tem força. 2. Rijo. 3. Robusto. 4. Que pode com muito peso. 5. Possante. 6. Que oferece resistência. 7. Consistente, sólido. 8. Intenso. 9. Violento. 10. Sonoro. 11. Poderoso. 12. Animoso, varonil. 13. Bem defendido; fortificado …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Forte 16 — (Флоренция,Италия) Категория отеля: Адрес: Viale Antonio Gramsci 16 (Piazza Beccaria), Лун …   Каталог отелей

  • forte — I {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. n ndm, muz. {{/stl 8}}{{stl 7}} fragment utworu muzycznego wykonywany głośno, mocno {{/stl 7}}{{stl 20}} {{/stl 20}} {{stl 20}} {{/stl 20}}forte II {{/stl 13}}{{stl 8}}przym. ndm, muz. {{/stl 8}}{{stl 7}} głośny, mocny… …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • Forte — For te (f[^o]r t[asl] or f[=o]r t[asl]), adv. [It. forte, a. & adv., fr. L. fortis strong.] (Mus.) Loudly; strongly; powerfully. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English